10 Le salon de coiffure de G P

21 septembre 2009

Quelle merveille ce salon de couiffure!….Malgré mon jeune âge je me souviens du plaisir éprouvé lors des rendez-vous Chez G P …..C’était une personne souriante et accueillante…..somme toute une bonne commerçante!…..Je  grimpait sur le fauteuil rehaussé pour l’occasion…..et là commençaient la valse des fers à friser…..on aurait dit de grands ciseaux très allongés qu’il fallait d’abord faire chauffer…..ensuite il fallait avec ceux-ci excécuter de grandes rotations afin de ne pas »roussir » le cheveu….ensuite meche après mèche….elle les enroulaient autour des fers afin d’obtenir une belle anglaise…..

J’aime et je fréquente toujours les salons de coiffure…..quelques années après ….une fois devenue jeune fille je me souviens de ma première permanente…..Imaginez….on nous enserrait chaque mèche de cheveux dans un rectangle de caoutchouc fendu en son milieu….qui s’ouvrait pour coincer la mèche de cheveu….et on vissait une première fois…..puis pose des enrouleurs deuxième tour de vis….sur le rectangle déjà posé…..’je vous laisse imaginer combien celà tirait le cheveu »…..pour finir par la pose des « chauffeurs »qui venaient compléter le poids  de tout cet édifice!….Dans le miroir nous avions l’aie de hérissons!…..et pour compléter 20 minutes des chauffe!….à souffrir pour  être belle,semblaient bien longues a s’écouler…..une fois retiré tout cet attirail on se retrouvait avec un tête toute légère et avec une sensibilité du cuir chevelu….pour quelques heures…..ça ne m’empêchazit d’y retourner avec autant de plaisir.

 

 

9 L’école buissonnière

21 septembre 2009

Que je n’aimais pas l’école….mais il fallait bien y aller….A S…..j’allais à l’école des Soeurs…car a l’époque il n’y avait d’école publique de filles par 

par contre il y en avait une de garçons….Pourquoi n’aimai-je pas l’école….je ne saurais le dire!…..a l’époque une blouse  était obligatoire….je me souviensen particulier d’une a carrreaux…..c’était  aussi le temps de la morale écrite au tableau noir……clui de la plume et de l’encrier….des pleins et des déliés….des bons points…de la croix récompensant la meilleure!….le pain d’ange gourmandise suprême!…..des jeux de balle ou j’étais nulle….des osselets….de la marelle….et aussi et encore celui de l’étude du soir….

Comme si il n’y avait pas assez d’aller  à l’école toute la journée il fallait y ajouter l’étude……une heure de plus!….que me passat-il par la tête lorsque je décidais de « sécher  » celle-ci?…..

en effet nous prenions notre lait et notre beurre dans une ferme qui se situait à 600 mètres plus haut que l’école que je fréquentais….profitant de la situation ,il me serait simple de dire que j’allais chercher du beurre pour gd mère!….au milieu du parcours un petit chemin menait juste derrière l’école des garçons d’où je pouvais « voir »ceux -ci sortir de l’école …..alors je pouvais rentrer tranquillement  à la maison!….

j’étais bien naïve de penser que je pourrais mener  a bien mon petit trafic…..c’était sans compter sur les commères du quartier….En effet il s »en trouvait une dont la maison se situait face à l’école et qui ne mit pas longtemps à repérer mon petit manège et qui s’empressa d’aller « cafter » chez mes parents…..

Croyez moi ou pas ce fût 8 jours de liberté….non sans arrières pensées!….car je savais bien  qu’une fois découvert le « pot aux rose »il y aurait punition!…..et je craignais celles-ci pourtant…..

Une fois la faute  avouée…..je dus raconter mes hauts faits devant les copines rassemblées dans le réfectoire!….et bien sur il n’y eu pas de récidive!…..

 

 

9 Chez mes grands parents

14 septembre 2009

Mes souvenirs les plus marquants sont les suivants:

Toute petite fille ce sont les soirées  d’été lorsque baisse la chaleur du jour et que descend le soir….c’était l’heure où ma gd mère sortait sa chaise dans la rue pour rejoindre ses voisines et papoter avec elles….et moi avec les L……..qui habitaient deux maisons plus loin  et qui faisaient partie d’une famille nombreuse…..(je vous en parlerai un jour…)je nous revoie « tournoyant autour de ce paté de chaises  …rythmé par le cri des hirondelles…qui elles aussi tournaient en criant au dessus de nos têtes….elles faisaient autant de bruit que nous!….Ah! quelles étaient belles ces soirées….que le bonheur les habitaient!…..

Ce sont aussi les « beurrées » de fraises de ma gd mère cueillies toutes fraîches du jardin…et qu’elle écrasait sur la tartine beurée (pas du beurre synthétique….mais une belle livre de beurre …bien jaune….couleur bouton d’or….et décorée sur le dessus d’une belle fleur….)et qu’elle saupoudrait de sucre en poudre!…..un vrai régal surtout lorsqu’il est savouré en compagnie!….

Il y avait le « coin » des liqueurs de ma gd mère….je n’ai jamais vu mes gds parents acheter de l’alcool….tout était fait « maison »….le cassis…..la framboise….les cerises a l’eau de vie….(très prisée de ses neveux…)le rataphia pour les adultes……et pour nous gd mère confectionnait son sirop de cassis et de framboise….que nous dégustions mes cousines et moi dans « notre »petit verre spécial….ce verre était  dépoli avec des fruits dessinés dessus en relief et muni d’une  anse….Ils se trouve chez S….maintenant….

Qu dire des gâteaux de gd mère…de ses bons savoie qu’elle nous cuisinait tous les Dimanche dans son unique four de cuisinière….ils étaient parfaitement montés….rarement brûlés….quand je pense aux trésors d’amour qui se nichaient jusque dans la température du four de la cuisinière….qu’il fallait maintenir a point pour arriver à l’obtention de ce chef d’oeuvre!!!!!

Je ne peux pas passer sous silence  la crême au chocolat…l’anglaise qui accompagnait si bien les « caïbottes »…..crèmes toujours présentes aux repas de famille…..et encore le « pain perdu »….qui permettait d’utiliser le reste de pain dur….car il n’était pas de mise de jeter du pain….celui-ci représentant le symbole du travail accompli…..

Il y avait aussi le tiroir a tisanes ou se cotoyaient:queues de cerises….menthe….pousse d’orties….thym…..laurier….et autres plantes « médicinales »dont la souvenir m’échappe….

Gd mère recueillait précieusement lkes fleurs de lys fanés pour les mettre a macérer dans l’eau de vie….divin remède pour les « mals blancs »et tirer le pus d’une plaie…..qu’elle posait dessus accompagné d’un pansement digne d’une infirmière!

Bien des années plkus tard devenue femme et mère de famillec’était celle qui m’accueillait en disant

-Alors ma petite fille qu’à tu de beau a me raconter aujourd’hui?…..

A part mon mari et M T……je n’ai jamais  rencontrer chez d’autres personnes cette qualité d’écoute…..ensuite venaient les conseils toujours judicieux….aucun sujet n’était tabou….on parlait de tout sans arrière pensée et je sais que votre père a beaucoup aimé mes gds parents

8 La Shoah

13 septembre 2009

Comment ne pas évoquer et faire -mémoire de tous ces gens qui ont payé de leur personne,au cours de cette guerre,pour avoir osé faire de la résistance…..
Si j’en parles ici c’est que dans notre famille,ma tante…..(la soeur de ma mère décédée)a vécu cet horrible cauchemar….
En effet nous apprîmes un jour qu’elle s’était fait « rammasser »dans L’hôtel du Lion d’Or ou elle travaillait en tant que femme de chambre…..dénoncée par les collaborateurs….
Mes mères en profitèrent pour lancer quelques réflexions du genre: »avait-elle besoin de se fourrer dans ce guêpier!….. »Je passerai sur les autres…..pour ne m’arrêter aujourd’hui sur ce qu’il m’a été donné de voir…..
Peu ou pas de nouvelle de sa déportation….Sinon celle de son retour….Par bonheur pour les siens elle en revenue de l’enfer….après avoir été a deux doigts de « passer »au four crématoire…..
les jours suivants son arrivée elle est venue une fois a la maison….je me souviens d’une pauvre petite femme très maigre plustôt squlectique!!!qui essayait de reprendre pied dans la vie ordinaire!….
Celà n’a pas du émouvoir ma parenté car ses visites restèrent rares vu l’accueil froid qui lui fut réservé….
Il a fallu bien des années pour qu’elle accepte de « témoigner » de tant de privations….de brimades….de souffrances….de faim….et malgré tout celà de résistance encore et encore!!!
et malgré la peur qui les habitait 24h/24…..A la demande de l’une de mes petites filles elle a accepté d’être enregistrée….non sans douleur intérieure….car cette partie de sa vie restera a jamais gravé dans son coeur et dans sa chair!….
Aujourd’hui en ce jour anniversaire j’ai décroché le téléphonepour l’embrasser et la remercier….Mais vous les jeunes souvenez-vous des héros de la résistance….CRAIGNEZ et COMBATTEZ le nazisme….et ENGAGEZ vous pour plus JAMAIS ça!!!!

le club

11 septembre 2009

ce fut la sortie du club la semaine dernière…..sortie surprise….la pluie orageuse nous a accompagnée toute la matinée!!!!et ça ce ne fut pas une surprise vu  que nous en avons tous les 2 jours!!!!voilà que nous prenons la direction de Chateaubriant….zut me dis-ge et ma petite fille qui n’est pas prévenue!….alors dans les suppositions certains ont dit « on va a la foire de Béré…..(bon ce serait pas loin de chez eux….)peut etre seraient ils là…..arrivés a la hauteur de Chateau nous prenons la direction de Laval….bon tant pis….après quelques arret et demi tour….pour visiter pour ceusx quio ne l’auraient pas encore fait la carrière des fusillés….il pleuvait si fort que nous avons du renoncer a la visite en plein air mais nous avons fait connaissance avec le musée qui vient d’ouvrir….souvenirs…émotions….après ce devoir de mémoire nous voila repartis vers Chateau….(cette fois ça y est….)l’heure de dejeuner approchant….mais pas du tout un petit tour de repoint et nous voila en route vers Pouancé a lza découverte d »une jolie ferme auberge….au  doux nom de « l’Herberie »qui nous a accueilli dans une belle salle et ou nous avons dégusté les produits du terroir….pour faire suite un moment de théatre nous a replongé dans l’atmosphère du pays  dans les années passées du siècle dernier…..dans un monologue trés réussi nous avons partage quelques tranches de vie des paysans…..et retour a la Montagne sous un franc soleil….belle et bonne journée

 

7 La guerre

11 septembre 2009

Il m’a fallu du temps pour réaliser que nous étions en guerre!….Si je n’avais pas été « déportée » a B…..où je me retrouvais demi pensionnaire…je n’aurais pas de souvenir du début de celle-ci.En effet toutes les semaines ma mère m’accompagnait à bicyclette de S….a B…..et venait me récupérer le Vendredi soir….mise  a l’abri bien illusoire vu qu’une bombe s’est écrasée  dans les environs de notre école!…..et qu’à S…..il n’en est pas tombée une seule!……Je me souviens des alertesqui survenaient lorsque nous étions sur la route….qui nous faisait descendre avec le vélo dans le fossé….de là nous pouvions regarder avec effroi les bombardiers qui passaient au dessus de nos têtes…..

Mon premier souvenir concerne ces chose de valeur ….ou compromettantes  qu’il fallu cacher……tels que les vélos neufs qui disparurent derrière le « tablier » de la cheminéeaisi que le fusil de chasse de mon père…..a la maisonje du m’habituer à dormir sans oreiller….et on me fir comprendre que si on m’en donnait un la nuit je devais fermer mon bec….J’ai réalisé un peu plus tardque mon père avait durant une pèriode fait partie de la résistance…en cas d’alerte il aurait fallu ne pas laisser de traces de sa présence…..

La guerre c’est encore les tikets de rationnement que gd mlère collait sur de grandes feuilles….les confitures qui arrivaient dans de grandes boîtes en fer blanc et qu’il fallait détailler….c’est comme celà que gd mère fùt piquer  a la main par une abeille et qu’elle s »est trouvée guérie de son rhumatisme!……

la guerre c’était les alertes de nuit….il fallait que les habits soient près a enfiler…pour éventuellement rejoindre les « abris »….mon père en avait creusé un au fond du jardin et qui n’a jamais servi!……ce fùt aussi le temps des marmites « norvégiennes »….mon père l’avait fabriqué dans une grande caisse en bois ……les femmes de mon père’ma mère et ma  gd mère)l’avaient garni de laine de mouton et de vieux couvre pieds y laissant un trou au milieu pour y déposer la marmite……qui contenait le pot au feu…..préparé auparavent et porté a ébullition….ansi en revenant de B….le dimanche soir la soupe était prête a déguster!…..

 

7 La guerre

11 septembre 2009

Ce fùt aussi le bombardement de N…..a vol d’oiseau notre commune n’en était pas loin et nous avons pu admirer le triste spectacle!…..un beau feu d’artifice ….ça éclairait de partout….et je me souviens des morceaux de tissu brùlé qui arrivaient jusqu’à nous!…..nous clouant au sol en nous laissant pétrifiés d’angoisse et de peur…..

C’est ensuite que les Allemands qu’on appelaitles « frigolens »ou « verts de gris » ou les « doriphors »débarquèrent chez nous….et plus particulièrement chez l’habitant que je réalisait vraiement qu’ils étaient là!…..et les volà requisitionnant des chambres…..bien surchez nous ils »choissisent » la plus grande!…..il a fallu tout chamboulervu qu’on devait passer par celle-ci pour regagner la notre…..il n’existait  pas de cabinets de toilettepour la remplacer posée sur une table une grande cuvette en émail et un broc pour contenir l’eau(on en trouve des spécimens dans les brocantes actuellement….)

ils sont arrivés avec leurs bottes….mon père au moyen de gestes éloquents les invita a les retirer!….pour gagner l’étage….(mes mères en étaient malades!on craignaient les représailles)mais ils ont obtempéré sur le champ à sa demande….ils ne restèrent qu’une nuit…..mais ils laissèrent des traces…..nous avions dans le jardin un grand prunier….ils s’en gavèrent tellement qu’ils furent malades et ne se gènèrent pas pour vomir dans la cuvette….laissant le soin de nettoyer aux occupants….qui ne demandèrent pas mieux que de les voir déguerpir!…..

Et il y eut l’armistice…..soulazgement pour tous….il fallu ressortir le drapeau récupéré dans la cheminée….et le mettre  à la fenêtre….ensuiteil y eu l’arrivée des prisonniers au moins certains….car  tous ne revinrent pas!…..j’entendis au cours de certaines réunions parler « d’épuration »…..mais ce fut assez bref….et  dans notre petit pays….on ne tondit pas les femmes….se cotentant de montrer du doigt ,celles qui avaient couché avec les « boches »….

 

6 Le magasin de gd mère A…..

10 septembre 2009

Lorsque l’on est une petite fille malmenée par la vie….quel émerveillement  ce fùt de découvrir le magasin de gd mère A…..l’épicerie…..avec ses « mottes  » de beurre a détailler!les fromages ….idem……les étagères ou on trouvait les produits de toilette….La réclame était différente de celle d’aujourd’hui….je me souiviens en particulier d’une savonette de marque »Palmolive »qui se présentait sous un bel emballage de papier crépon vert….et dont la savonnette ,une fois développée.  était composé d’un morceau de bois!…..ce qui a  valu à ma gd mère une belle joute oratoire avec un Allemand qui voulait ABSOLUMENT acheter celle-ci!….usant de toute sa diplomatie ma gd mère l’a déshabiller devant lui….afin qu’il comprenne que celle-ci  n’était pas à vendre!!……

Je me souviens du petit Jésus de la crèche que nous mpettions sous la cloche a fromage tous les soirs….car il était fait en sucre et avait disparu plusieurs fois….croqué par les petites souris qui trouvait cela fort a leut goùt…..

Je me rapelle des périodes de comunion »solanelle »comme on le disait a l’époque….gd mère recevait doncles cierges destinés aux « communiants »….ils arrivaient dans une grande caisse en bois…a claire voie…..alors je commençait a me régaler!….d’abord le déballage qu’ils étaient beaus a regarder une fois debarassés du papier de soie qui les enveloppaient….puis il fallait les manier avec délicatesse car ils étaient fragiles….ils étaient ajourés et translucides……Pour le tenir dans la main une collerette de papier doré pour les filles et une d’argent pour les garçons…..ils étaient de toutes tailles et de différentes grosseurs….  du plus petit au plus gros   selon sa fortune!…..car bien entendu ils se vendaient…..une fois le déballage terminé gd mère les accrochaient au plafond du magasin et pour quelques jours seulement….on se balladait sous une voute  remplie de stalactites….malheureusement la durée en était très limitée 

5 Le hangard de mon grand’père

10 septembre 2009

Nous les attendions ces  Dimanches où nous nous retrouvions avec mes cousines pour nous livrer à nos jeux favoris!….En plus du piétinnement des carrés de jardin de mon grand pèreil y avait les pommes vertes que nous croquions à belles dents…..et le fameux hangard où se trouvait entreposé le bois de chauffage ainsi que les outils nécessaires à la coupe du bois.Il y avait donc dans un  coin de celui-ci un gros « billot » de bois qui servait de support pour fendre les buches…..

Un de nos jeux préféré était pour moi de « faire le curé »en m’affublant  des frusques sales de ma grand mère ….Juché sur ce  billot je faisais un sermon  pour mes ouailles….a grands renforts de gestes adéquates…pour mes deux cousines qui m’écoutaient religieusement!….Je ne me doutais pas a l’époque qu’un jour je serai mandatée par mon église pour célébrer les funérailles en l’absence de mon curé

Remariage

2 septembre 2009

Ma mère avant de mourir avait dit à ma tante: »Ne t’en fait pas pour J…il s’en remettra bien vite!…. »Elle avait vu clair,ma petite maman…Deus années après mon père refesait sa vie et bien sur m’enmenait avec lui…..Ce qui reste dans mon souvenir c’est que j’allais avoir une belle robe longue!….Me voilà donc embarquée avec ma nouvelle maman qui bien vite mis les choses au point!…..De cette période il ne me reste que de vagues souvenirs,parmi lesquels figure en bonne place le commerce tenu par ma nouvelle gd mère….Sûrement je me sens un peu perdu…..il y a des interdis auxquels je ne suis pas habituée….Ma nouvelle mère me fait vite sentir que je dois faire silence sur mon passé demandant même à ma gd mère de retirer le portrait de ma mère de sa chambre!…..requête a laquelle elle ne donne pas suite!…J’aimais le magasin de ghd mère A…..c’était une épicerie quincaillerie…..qui nous a bien rendu service pendant la guerre de 39-45….car grâce a lui nous n’avons pas eu a souffrir des restrictions….en effet gd mère A….échangeait les tickets de rationnement contre des produits devenus très rares en cette période….Dans ce même temps mon frère B….a fait son entrée dans le mondesuivit de A…..et nous voilà déménagés a B….et je deviens pensionnaire a B I…De toutes ces années peu de souvenirs marquants….la tendresse …la connivence avec mes parents étaient très rares….je me faisait houspiller régulièrement pour mon manque d’ordre…mais je ne me souviens pas avoir été  guidée ou encourager pour mon travail scolaire

123456...8