• Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

Archive pour septembre 2010

« La bicyclette (24)

Vendredi 3 septembre 2010

POur se rendre a Couéron il fallait traverser la Loire….ce qui supposait des horaires a respecter pour effectuer le passage….et un vélo en état de marche….pour ce qui était du domaine des horaires a moi de me débrouiller….il y avait des jours avec et des jours sans….en ce qui concerne ces derniers…soit je voyais son derrière….soit il était carrément en face et la joyeuse troupe rendu sur l’autre rive …ou elles avaient la consigne de m’attendre lorsque le retardne s »avérait pas trop important…sinon j’étais condamné a faire la route en solitaire!!!!c’est de cette manière qu’un jour je me suis retrouvé avec mon vélo un pied et une roue sur le ponton….et l »atre pied et l’autre roue sur le bac qui démarrait….j’ai fait le grand écart ce jour-là….et le conducteur a rétabli la situation au grand soulagement de mes cousines  qui  éprouvèrent une seconde d’intense frayeur!!!me voyant déjà dans le bain!!!mais ce jour là il ne parti pas sans moi!!!!

Quand au vélo qui bien sur n’était pas neuf….il lui manquait souvent un attribut….c’était le garde boue ou se trouvait le catadiope ou les freins parfois casiment inexistants….pour la lumiérec’était un vrai miracle lorsqu’elle éclairait normalement!!!et puis pêndant tout ce chemin il fallait bien amuser la galerie….conduire d’une main en mangeant son quignon de pain de l’autre!…Ce fût de cette manière qu’uè_n jour je me retrouvais asisse par terre….mon vélo entre mes jambes…prise d’une crise de fou rire….avec le car qui s’arreta juste a temps ….a la grande peur de mes cousines!…le chauffeur fût très patient et attendit patiemment la fin de ma crise de fou rire afin de pouvoir reprendre sa route!

26 Attente…

Vendredi 3 septembre 2010

Pendant ce temps l’eau coulait sous les ponts ….ponctué par notre correspondance et les trop rares permissions possibles!….Ah!quelle fête ,pour nous lorsque je l’attendait mon beau marin….et combien j’étais fière de lui donner le bras….mais il fallait que ce fût fref,caril ne portait l’uniformeque pour les arrivées et les départs….Mais que ces moments fûrent doux à nos coeurs et combien nos regards qui se perdaient l’un dans l’autre….en disaient long sur l’attente de ce jour ou enfin nouys pourrions être seuls au monde…et vivre cette joie incommensurable d’être enfin l’un a l’autre pour toujours….non pas enchainés….mais fondu l’un dans l’autre et  bâtir ce foyer tant espéré Après un an et demi d’attente il est arrivé ce moment  tant attendu…et avec quelle hâtenous avons tout mis en oeuvre pour que soit fixée la date de notre mariage…..cela fût facilité par le déménagement de Manu et de Madeleine qui rejoignaient leur maison neuve construite rue de la Paixprès de chez les beaux parents(bien sur ils auraient préféré le terrain situé rue Curie mais celui-ci ne se trouvait pas en terrain constructible )donc,nous ,bénéfiçiames de leur petit nid situé au bord du bois….qui se composait d’une seule  et unique pièce séparée en deux par une cloison….dans la chambre entièrement neuve et offerte par nos parents une petite table pour y mettre une cuvette et un broc….dans la cuisine….table chaises….une armoire blanche pour la vaiselle et les ingrédients nécessaires …..et pour tout chauffage une petite « Gaudin »en fonte qui chauffait bien moyennantun approvisionnement régulier de charbon

28…12 Juillet….1952

Vendredi 3 septembre 2010

Finalement  ce jour tant attendu arriva!….après bien des parlementations….et différentes mises au point….Nous avions deux familles totalement opposées sur le chapitre de l’heure….les beaux parenrts toujours pressés et en avance….les miens jamais pressés toujours en retard!….et moi devant faire le tampon entre les deux!….(c’est de cette façon que je reçu une gifle de mon père la veille de nos noces….ayant osé demander si les menus seraient finis pour le lendemain!….) François et sa famille vinrent donc nous chercher au domicile de mes parents,comme il en était de mise a l’époque,accompagnés d’une petite bruine passagère….C’est sous un beau soleil que se forma le cortége qui emprunta la rue principale de St Jean ….mariage a la mairie….puis a l’église….suite a celui-ci le curé déclara qu’il avait aujourd’hui procédé  à une union au lieu de faire un attelage!…. avec quelle fierté je donnais le bras a mon mari….et combien celà peut parâitre désuet aujourd’hui…..et je me souvient   de ce moment ou nous nous retrouvâmes seuls dans la voiturequi nous conduisait au repas….de ce mot murmuré par mon époux tout frais…. »ma femme »….. Puis il y eut deux repas  et le bal qui cloturai notre fête….et qui a l’époque étaient fort prisés….vu qu’ils faisaient partie des rares distractions de l’époque….et ou l’on invitait  largement les parents et amis   rendant ainsi la politesse a ceux qui nous avaient invité…..Puis a un moment avancé  de la nuit il y avait « le grand galop »mené par une personne compétente….et au cours duquel les mariés s’éclipsaient…..le reste de la noce continuant la fête

25 Le bac…..

Vendredi 3 septembre 2010

Ce bac quel cauchemard!…..comme je l’ai déjà mentionné  il fallait absolument traverser la Loire…..il y avait donc le bac pour les passagers et la charière pour les vehicules motorisés….par gros temps ou période de gel (en effet a cette période il était fréquent que la Loire soit « prise »par des glaçons qui entravaient sérieusement la circulation)ce qui rendaient les manoeuvres d’accostage peu aisées….etnos conducteurs pas toujours en mesure de faire face a celles-ci….ceci pour des raisons plus ou moins obscures!…..la traversée nécessitait le pointage de tikets….et les préposés a ce poste étaient souvent très jeunes…et en grandes « biques que nous étions ils étaient souvent victimes de nos fatécies…..c’est comme celà,qu’un jour nous nous retouvâmes bouclées dans la cabine et condamnées a subir plusieurs passages consécutifs avant dêtre libérées….ce qui calma momentanément nos ardeurs moqueuses